Les Carnets des imaginaires de l’atelier

Au commencement, il y eut une curiosité : de quoi est fait le dialogue entre l’artiste et la matière qu’il travaille ? Explorer cette intimité de l’atelier et de la création devint bientôt, – lectures bachelardiennes de l’imagination matérielle aidant -, un champ de recherche dont l’étude prit la forme d’une thèse de doctorat soutenue à Tunis en avril 2014, intitulée : « Par une fenêtre de l’atelier. L’homme aux prises avec la matière : pour une pensée mineure de la création. ».
Il y a, dans le travail de la matière, une expérience perceptive qui procède par l’image. La matière, ses qualités et ses devenirs se donnent à saisir, se laissent dire par l’entremise d’un imaginaire. Les langages vernaculaires des ateliers de l’art sont pleins de ces images qui sont, pour qui veut approcher les densités de l’atelier, un matériau documentaire ouvrant les voies à l’exploration et à l’étude d’une épistémè du faire.
Revisiter les premiers sentiers ébauchés lors de nos recherches doctorales, en préciser les contours, en prolonger les cheminements et en élargir les perspectives est ce à quoi nous tenterons d’œuvrer à travers ces carnets. Ils seront moins l’aboutissement d’une démarche que le journal de l’ouvroir d’une recherche déployant ses expérimentations et ses essais tantôt en leurs états naissant, tantôt en leurs développements.
Aux termes de nos premières recherches, nous avons choisi d’ouvrir la champ d’une réflexion plus large à partir d’une exploration des matérialités et, de proche en proche, du champ du faire et de la création dans l’atelier.
Si les chemins documentaires menant à l’atelier nous ont intéressé, nous continuerons d’en interroger l’intérêt pour une quête des récits de la matière ouvrée. De la littérature artistique aux représentations des lieux de la mise en œuvre de l’art, la lecture des imaginaires est questionnée ; nous questionnerons aussi la fabrique du document, à laquelle la recherche participe, en poussant l’investigation jusque dans les terrains de l’artisan d’art et de l’artiste plasticien que nous irons chercher dans notre localité géographique: la Tunisie et ses ateliers.
Observant les métiers d’art, nous travaillerons à relever les imaginaires qui traversent les savoir-faire, les langues vernaculaires par des approches ethnographiques (anthropologie et culture matérielle). Dans l’atelier de l’artiste contemporain, d’autres imaginaires de la matière sont à l’œuvre et qui il s’agira d’observer, de penser à travers diverses approches (visites d’ateliers, entretiens, etc.). Nous aurons enfin à penser notre propre pratique de recherche qui elle aussi appelle une fabrique, un atelier où les imaginaires de la matière travaillent d’une certaine manière aussi à travers notre dialogue avec le document et l’archive.

Pour faciliter leur lecture, les carnets des imaginaires de l’atelier sont ainsi présentés à travers trois catégories :

1er carnet : La Traversée des ateliers ou des approches transversales seront explorées aussi bien du point de vue des perspectives épistémologiques de ce projet de recherche que de celui des études matériologiques par l’image où nous croiserons diverses lectures d’un atelier aux frontières spatiales et temporelles étendues où nous travaillerons à mettre en lumière des filiations, des continuités et des échos aux expériences de la matière ouvrée et à leurs images.

2nd carnet : In Situ sera consacrée à notre perspective de recherche portée sur le terrain des ateliers tunisiens où artisans et artistes dialoguent avec leurs champs matériels respectifs. Il sera aussi question de la confrontation du chercheur au concret, à la réalité de l’atelier et du faire.

3ème carnet : Marginalia seront ces notes et petits essais qui, ne participant pas directement de l’axe de notre recherche, mais restant liés à celle-ci, en forment les extensions, les champs connexes, en dessinent les marges enfin. Ces notes marginales seront aussi, d’une certaine manière, le carnet d’un carnet ou le journal d’un chercheur.