Archives de catégorie : Marginalia

Dans les marges d’une première recherche relative aux Imaginaires de l’atelier, d’autres voies d’exploration s’ouvrent. Elles restent liées, d’une certaine manière, au noyau premier et constituent des rencontres faites chemin faisant, des parenthèses ouvertes, des notes marginales d’un carnet de recherche qui aspirent à leurs déploiements.

Le dépouillement : Retrouver les épaisseurs de l’histoire

Le dépouillement est cette opération technique que l’on retrouve essentiellement dans le champ de la documentation. Les bibliothécaires connaissent bien cette tâche. Pour eux, le dépouillement consiste à relever systématiquement la partition des publications périodiques pour les intégrer à leur catalogue, facilitant ainsi les consultations du lecteur. Le dépouillement consiste aussi à relever, dans une série périodique, de revues ou de journaux, l’ensemble des données autour d’un sujet particulier en en constituant ainsi un dossier d’articles de presse ou un dossier thématique, par exemple.
Mais cette opération est aussi celle de la recherche. Dépouiller les périodiques est le terrain premier de toute prospection documentaire pour le chercheur qui se fait, à l’occasion, documentaliste.

Crédits photo : Mohamed-Ali Berhouma

Une tâche souvent considérée comme ingrate, particulièrement lorsqu’elle ne se révèle pas féconde : des heures durant, le chercheur feuillette patiemment et attentivement de massifs volumes d’in-folio, en quête de quelque indice autour de son objet et, quelque fois, de cette longue et éprouvante immersion, n’émergent que de maigres ou vagues données. L’ingratitude de la besogne vient aussi du fait de la mise en ordre, de la prise de note méthodique du moindre détail relevé. En somme, le dépouillement du chercheur implique le déploiement d’un dispositif considérable pour recueillir finalement quelques bribes, tantôt essentielles et tantôt secondaires.

Crédits photo : Mohamed-Ali Berhouma

Pourtant, cette ingratitude que l’on attribue habituellement à l’acte du dépouillement deviendrait un mythe si l’on se défait d’une attention de la quête au profit d’une attention de l’acte même. En déplaçant la curiosité de la recherche vers sa pratique, le chercheur se prend à s’observer dépouiller : dès lors, il n’effeuille plus un journal mais anatomise le geste même de l’effeuillement. Tout en laissant le corps poursuivre sa mécanique de prospection, le chercheur se demande ce qu’est ce travail, ce qu’est cette fatigue. Et ce mot, d’abord.
Comment ce terme, qui désignait d’abord dans son existence médiévale, le fait de « dénuder, de priver de ses vêtements »[1] traça ses trajectoires sémantiques pour aboutir au champ de la documentation ? Rappelons-nous : la dépouille fut le butin, le « vêtement dont on s’est dévêtu » (XIIe s.) et fut aussi la « récolte » pour le paysan ou l’agriculteur. Les siècles suivants (XVIe s.), elle sera le cadavre et la peau ôtée à un animal. Le dépouillement ne s’emploiera aux documents dans le sens de leur examen qu’à partir du XVIIIe siècle. Et il semble qu’il y ait, dans cette dernière acception, une certaine mémoire des strates de sens qui ont sédimentées autour du mot tout au long des siècles.

Crédits photo : Mohamed-Ali Berhouma

Dans les marges de nos travaux de dépouillement, nous surprenons notre imaginaire divaguer sur ce terme, faisant fi de la raison philologique. Et nous suivons ses images. Il y a d’abord le geste d’ôter la peau ou les vêtements qui se laisse percevoir : tourner, effeuiller les pages d’un volume, n’est-ce pas mettre à nu le document, en découvrir les diverses facettes, les nombreuses surfaces ? Puis de proche et proche, l’acte de dépouiller appelle la prise d’un butin mais cette dernière image se défait bientôt : nous sommes loin du pillage et plus proche du fait de butiner. S’amorce alors une seconde image, celle de la dépouille au sens de « récolte » : le chercheur est ce cultivateur qui, des yeux, sillonne le champ des titres, des articles jusque dans les entrefilets ou les vignettes de réclames. La métaphore de la récolte a tout de même ses limites : malgré l’évocation de ces grands gestes tournant les vastes pages du journal, le chercheur n’est pas le semeur des terres des actualités de l’histoire.

Crédits photo : Mohamed-Ali Berhouma

Chargé de ses imaginaires, le chercheur saisit l’acte archéologique par lequel il aborde les temps passés. Le dépouillement documentaire par son geste effeuillant, contribue à donner de l’épaisseur à l’histoire. Explorée à travers ses quotidiens, une année 1933 se défait de sa situation ponctuelle de date pour se raviver et prendre du corps par les saillances de ses actualités et de ses événements. L’abstrait nombre de la date se fait ainsi, par l’une de ses multiples traces, massif volume, déployant ses épaisseurs au fil des pages, livrant sa quasi vivante teneur le long des lignes.

Crédits photo : Mohamed-Ali Berhouma

[1] Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Ed. Les Dictionnaires Le Robert, 2011.

 

Cite this article / Citer cet article : Mohamed-Ali Berhouma, «Le dépouillement : Retrouver les épaisseurs de l’histoire» – in Marginalia, in Les Carnets des imaginaires de l’atelier, 29 Juin 2017, https://atelier.hypotheses.org/270

Les bruissements de l’Histoire

Aux archives, entre une recherche et une autre, une parenthèse en guise de pause…

Les papiers machine, les papiers pelures, les vergés s’offrent en éventail, pleins de leurs encres, à chaque éclosion de carton, de dossier, de pli. En les éfeuilletant, le murmure des frottements, des mollesses et des ténuités de leurs corps racontent des histoires qu’il faudra, après le plaisir des sens et de la découverte, engager dans une Histoire à réécrire toujours. Au milieu des archives, le chercheur est d’abord confronté aux chants des sirènes de ses propres jouissances qu’il travaillera à calmer en se rappelant à l’ordre du discours historique.

En marge de la recherche : l'archive, le document
Les matériaux de la mémoire I (crédits : auteur)

Ouvrez une boite d’archives et tout est sublimé. On en inspirerait avec plaisir la poussière pour s’imprégner d’une histoire tant guettée et, par la force des choses, imaginée. Les correspondances semblent retrouver leurs voix. Les arides en-têtes, les formulaires les plus glaçants sont vivants par les encres qui y palpitent encore. Les notes dactylographiées tremblent encore des frappes de la machine. Les déchirures, froissures, taches disent les temps qui ont colorés les images matérielles et immatérielles des vieux papiers.
psx_20160719_174610Après l’éfeuilletage, on recule sur sa chaise qui fut tout ce temps plus un périple qu’une assise. Le paysage des dossiers qu’on pensait d’abord généreux par leur débordement, sont finalement minces et simplement fidèles à ce qu’ils portent, ni plus et peut-être moins. L’imagination reprend son travail plus sérieusement : il faut combler les lacunes, le mois, l’année introuvable et silencieuse qui devient un gigantesque vide, une phénoménale ignorance. Où retrouver les traces ? On imagine alors les plus improbables lieux. Peut-être au fond d’un tiroir, sur une étagère, dans un carton gonflé par l’humidité, oubliées, délaissées au fond d’une cave d’une machine bureaucratique trop empêtrée dans un présent qui lui échappe forcément. Chez un particulier, dans un grenier, outre-mer, conservé religieusement par un descendant, les brandissant à l’occasion pour rappeler les temps héroïques d’un ancêtre. Non. Pas détruite… écarter cette idée qui annihile toute prospection rêveuse, tout espoir de vie d’une pensée historiographe.
On repart dans les dossiers. On cherche le moindre indice. On retrouve la mention d’un détail qui ne sert en rien l’histoire à écrire mais qui est pourtant crucial pour rouvrir les pistes d’une archéologie. On retrouve un nom, celui d’un quidam, d’une ville. Une date, un lieu de naissance… Et puis, on repart, chargé de rêves. On redescend sur terre après plusieurs fouilles infructueuses qui semblent faire de plus en plus réelle la possibilité d’une disparition irrémédiable. Irrémédiable. Et puis… tiens… c’est bien cela. On repart en immersion dans d’autres archives, d’autres papiers, d’autres dossiers, d’autres plaisirs.
Pourtant, en écrivant cela, je n’oublie pas que l’Histoire ne s’écrit pas de ses seules quêtes, de ses plaisirs, de ses aléas, de ses rebondissements de fouilles. Elle y puise pourtant son dynamisme et son élan. Mais il faut y retourner. Reprendre son puzzle, assembler patiemment les données d’une vraisemblance, d’une reconstitution discrètement fantasmée d’une Histoire qui n’est initialement que celle de celui qui l’imagine, qui la construit, qui en respire les poussières et offre à ses sens la symphonie des bruissements de l’histoire.