Archives par mot-clé : chants du métier

La seconde main et la matière II : Le lyrisme de l’atelier

D’autres voies littéraires de l’atelier sont à arpenter et, parmi elles, sont à citer les chants que quelques plumes consacrèrent aux arts. Nous pensons à cette littérature qui a versifiée quelques pratiques dans des poèmes didactiques ; à Charles-Alphonse Dufresnoy et son De arte graphika de 1668[1], à François-Marie de Marsy[2], à Claude-Henry Watelet[3] ou à Antoine-Marin Lemierre[4] qui suivirent pour la peinture. La gravure aussi eut son chant : La Gravure poëme[5] avec Louis Doissin[6] qui en exalta l’expression en 1757 en y joignant la sculpture. Une poésie qui persévéra jusque dans le XIXe siècle où, cette fois, la typographie (1832) était à l’honneur[7]. Dans ces arts poèmes, qu’y a-t-il donc à lire ? Un lyrisme conduit les discours sur l’histoire et les pratiques et dans ses élans, quelquefois, cherche l’image. Lisons quelques passages : Marsy d’abord qui en vient à traiter des couleurs :

J’en suis aux Couleurs, & je vais montrer la manière de les broyer & d’en faire le mélange. Les premiers Peintres ne connoissoient point d’autres couleurs que le blanc & le noir. Leur blanc n’étoit que de la craye, & leur noir de simple charbon. On trouva peu à peu les moyens de varier le coloris : le Peintre fouilla dans entrailles de la terre, & en tira diverses matières dont il scut faire des couleurs. Bientôt la pourpre de Tyr teignit les pinceaux de son rouge éclatant ; on fit servir l’écume des Serpens ; enfin l’Inde même, tributaire de l’Art, enrichit le coloris par la diversité de ses terres.[8]

Ou encore Watelet :

En moyens différens l’art des couleurs abonde;
Il puise ses trésors dans l’un & l’autre Monde.
Les plantes, les cailloux, les terres, les métaux
Se disputent le droit d’émailler vos Tableaux.[9]

Pour clore la peinture poème, Lemierre enfin – dont on peut penser que les propres muses furent quelquefois ses prédécesseurs –, écrit[10] :

Le peintre contempla ce tableau magnifique, / Admira la nature, & sa touche énergique : / De la variété déployant les trésors / Elle sembla lui dire, atteins à mes efforts. / Aux veines des métaux, aux membranes des plantes / L’Artiste alla chercher des couleurs plus brillantes ; / Pour peindre la nature il chercha ses dons, / Il puisa d’heureux sucs dans le sein des poisons ; / Tyr lui montra la pourpre & l’Indostan fertile / Offrit à détremper un limon plus utile. / Il fallut séparer, il fallut réunir, / Le Peintre à son secours te vit alors venir, / Science souveraine, ô ! Circé bienfaisante / Qui sur l’être animé, le métal et la plante / Règnes depuis Hermés trois sceptres dans la main, / Te soumets la nature & fouilles dans son sein, / Interroges l’insecte, observes le fossile, / Divises par atome & repaîtris l’argile, / Recuilles tant d’esprits, de principes, de sels, / Des corps que tu dissous moteurs universels, / Distilles sur la flamme en filtres salutaires, / Le suc de la ciguë & le sang des vipères, / Par un subtil agent réunis les métaux, / Dénatures leur être au creux de tes fourneaux / Du mélange & du choc des sucs antipathiques / Fais sortir quelquefois des tonnerres magiques, / Imites le volcan qui mugit vers Enna, / Quand Typhon s’agitant sous le poids de l’Etna, / Par la cime du mont qui le retient à peine, / Lance au ciel des rochers noircis par son haleine.[11]

Le verbe du poète aurait sans doute à nous apporter quelques éléments dans nos recherches. Ici, non seulement la poésie se veut ouvrage façonné mais elle porte aussi sur la pratique de l’art. La richesse et la préciosité des matériaux qu’il emploie font du peintre l’alchimiste disciple de Circé. Le graveur, le sculpteur et le typographe eurent aussi le soutien des dieux mythiques et des tropes poétiques des artistes et hommes de lettres qui s’essayèrent poètes. Il y a tant de choses à écrire dans les marges de ces textes et nous n’avons ici, dans ces chroniques du seuil de l’atelier, que l’intention d’en évoquer la nature et d’en suggérer la lecture. Notons simplement qu’outre cette littérature didactique, il faudrait suivre patiemment les vers des poètes et la prose fictionnelle en quête des images de l’homme de l’art au travail. Sur ces chemins, nous rejoindrions un peu plus l’horizon poétique où Gaston Bachelard entendait plonger le regard. La bibliothèque bachelardienne avec ses Ruskin, ses Hugo, ses Sand ou ses Woolf est à revisiter en compagnie du philosophe et à étendre au fil des lectures.
Signalons enfin un autre registre, tout aussi poétique mais populaire. Nous pensons aux chants des métiers et au roman d’atelier[12]. Dans son Histoire de la littérature ouvrière[13], Michel Ragon revient sur ces genres littéraires[14]. « Qu’il y ait eu des chansons de métiers au Moyen Age, cela est certain. Les ouvriers ont sans doute toujours travaillé en chantant, comme un remède à l’ennui de la routine et aux fatigues. Et chaque corporation devait avoir sa chanson particulière. »[15]. Dans l’atelier, les chansons sont transmises de compagnon à apprenti par voie orale. Ce n’est qu’au XVIe siècle qu’elles commencèrent à être publiées. Parmi cette littérature, nous trouverons la chanson des Bruits de métiers :

Quand le meunier s’en va moudre, / Trique, traque fait la meule (bis) / De bon blé, de fin blé, / Il met un quart’ron d’côté.
Quand le tailleur fait sa robe, / Rigue, rague sur la table (bis) / De bon drap, de fin drap, / Il met une aun’d’côté.
Quand le tisserand se presse, / Zigue, zague, d’ourdir sa pièce (bis) / De bon fil, de fin fil, / Il met un p’loton d’côté. /
Quand le charron fait sa roue, / Tique, tac, avec son maillet (bis) / de la jante au bouton, / Il voit si le tour est rond.[16]

Les bruits de l’outil et du geste prennent place dans une musicalité qu’ils semblent avoir suggérés et nous inclinant à penser que ces bruits furent en quelque sorte l’objet d’une certain plaisir esthétique. Les visiteurs d’atelier sont souvent agressés par les grincements d’une lime sur le fer ou par les violentes percussions d’un marteau forgeron. Ces jugements, nous dit G. Bachelard, sont ceux des êtres passifs à l’atelier, car « il suffit d’être acteur, de prendre la lime en main, de grincer soi-même des dents comme il convient dans la colère travailleuse, dans la colère active, pour ne plus être blessé par les grincements de la matière dure. Le travail est un inverseur d’hostilité. Le bruit qui blessait excite. L’ouvrier multiplie les coups de lime, il a conscience que c’est lui qui fait grincer la matière. Bientôt il jouit de sa puissance. Déjà, il rit de la mine énervée du visiteur qui se bouche les oreilles. »[17]. L’intérêt de suivre cette littérature populaire est de mettre en évidence une « conscience ouvrière »[18], dit Ragon, une conscience dont les thèmes et les mots des chansons circonscrivent les frontières. Chanter le métier, chanter le faire implique non seulement une conscience mais aussi une esthétique ouvrière.

[1] Charles-Alphonse Dufresnoy, L’art de peinture, de Charles-Alphonse Du Fresnoy, traduit en françois, avec des remarques… par Roger de Piles, traduit par Roger de Piles, Paris, N. L’Anglois, 1668, 167 p.
[2] François-Marie de Marsy, La Peinture, poëme traduit du latin du P. Marsy,…, Paris, Morel, 1740.
[3] Claude-Henri Watelet, L’art de peindre, poëme avec des Réflexions sur les différentes parties de la peinture, par M. Watelet,…, Paris, H.-L. Guérin et L.-F. Delatour, 1760.
[4] Antoine-Marin Lemierre, La Peinture poëme en trois chants par M. Le Mierre, Paris, le Jay, 1769.
[5] Louis Doissin, La Gravure, poème, traduit par Louis Avril, Paris, 1753.
[6] Louis Doissin, Sculptura, carmen, autore Ludovico Doissin,… – La Sculpture, poëme [trad. du P. Louis Avril], Parisiis, apud P. Ae. Lemercier, 1757.
[7] Pelletier H.-L., La typographie: poëme, Genève, A. Cherbuliez, 1832.
[8] F.-M. de Marsy, La Peinture, poëme, Op. cit., p. 19-20.
[9] C.-H. Watelet, L’art de peindre, poëme…, Op. cit., p. 23.
[10] Le passage de Lemierre est versifié et assez long. Nous avons donc choisi d’inscrire une barre oblique (/) entre chaque vers au lieu d’aller à la ligne.
[11] Antoine-Marin Lemierre, La Peinture poëme en trois chants, Op. cit., p. 24-26.
[12] Nous pensons entre autres aux œuvres de Thomas Deloney, publiés de 1597 à 1600. Cf. l’ouvrage de Michel Ragon cité ci-après.
[13] Michel Ragon, Histoire de la littérature ouvrière: du Moyen-Age à nos jours, Paris, Éd. ouvrières, coll.« Collection Masses et militants », 1953, 222 p.
[14] En particulier, cf. le chapitre I de l’ouvrage de Ragon : Naissance et développement d’une expression ouvrière (pp. 19-54).
[15] Ibid., p. 28-29.
[16] Ibid., p. 31.
[17] Gaston Bachelard, La terre et les rêveries de la volonté : essai sur l’imagination de la matière (1948), Ed José Corti, 2004, p. 61.
[18] Michel Ragon, Histoire de la littérature ouvrière…, Op. cit., p. 28.

 

Cite this article / Citer cet article : Mohamed-Ali Berhouma, «La seconde main et la matière II : le lyrisme de l’atelier» – La Traversée des ateliers, in Les Carnets des imaginaires de l’atelier, 1er Janvier 2017 [2014], https://atelier.hypotheses.org/128.