Archives par mot-clé : technique

La seconde main et la matière V : de l’atelier à la bibliothèque

Par-delà la spécificité des voies que l’on vient de signaler (La seconde main et la matière I-IV), il serait finalement intéressant d’élargir le champ exploratoire en annexant à la littérature artistique – qui reste le cœur de l’enquête -, la littérature ressortissant aux autres domaines du savoir. Dans ce nouvel horizon de la recherche, ce n’est plus seulement l’homme de l’art que nous interrogerions mais aussi bien l’homme de science que l’homme de lettre. Pour espérer retrouver et regrouper les images matérielles, il s’agira d’abord pour le chercheur d’établir une documentation conséquente qu’il faudra scrupuleusement examiner. Ainsi, pour chaque matériau ou pour une pratique donnée, une bibliothèque est à constituer. Pour nous faire une idée de l’ampleur de la tâche, considérons les travaux bibliographiques de l’historienne de l’art Elisabeth Lebon consacrée à la fonderie de bronze entre le XVIe et le XXe siècle. Cent trente-cinq ouvrages sont recensés et la liste n’est point exhaustive selon l’auteur[1]. Nous pouvons ainsi suivre les voies du bronze et de son travail à travers ce qu’en écrivit le maître artisan en la matière Biringuccio dans son De la Pirotechnia Libri X en 1540 ou ce qu’en énonça l’érudit Georg Pawer (dit Agricola) dans son De re metallica en 1556. Lire Diderot, Falconet[2], Rondelet[3] ou consulter des ouvrages militaires[4] ou scientifiques[5] ou bien encore technologiques[6]. L’exploration seraient ainsi considérable et ses résultats, sans doute, féconds.

[1] L’auteure écrit : « (…) même si [la bibliographie] n’est pas exhaustive, [elle] présente l’avantage de refléter l’évolution des publications techniques et scientifiques concernant la fonderie de bronze du xvie au début du xxe siècle. ». (Élisabeth Lebon, « Bibliographie », in Le fondeur et le sculpteur, Paris, Ophrys, coll. « Les Essais de l’INHA », 2012.)
[2] Étienne Falconet, « Second entretien d’un statuaire avec un voyageur » (p. 219-256), « Sur les fontes en bronze » (p. 264-294), in Œuvres d’Étienne Falconet, statuaire, tome sixième, Lausanne, Société typographique, 1781.
[3] Rondelet, Beauvallet, Duchesne fils, « Rapport fait à l’Athénée des arts de Paris par MM. Rondelet, Beauvallet et Duchesne fils, sur la fonte en bronze de la Statue de Jeanne d’Arc, modèle en sable, par MM. Rousseau et Hononré Gonon, fondeurs, sous la conduite de M. Gois, Statuaire », in Le Magasin encyclopédique, février 1805, p. 350-368.
[4] Aide-mémoire à l’usage des officiers d’artillerie de France attachés au service de terre, T. II, chez Magimal, Anselin et Pochard, imprimerie de Demonville, 5e édition, 1819.
[5] « Fusion et travail des métaux, fondeur en cuivre et en fer » in J. J. Guilloud, Traité de chimie appliquée aux arts et métiers, première partie, Raynal libraire-éditeur, Paris, 1830, p. 520-552.
[6] M. de Chesnel, Dictionnaire de technologie – Etymologie et définition des termes employés dans les arts et métiers, publié par l’abbé Migne, éditeur de la Bibliothèque universelle du Clergé, J.-P. Migne éditeur, rue d’Amboise au Petit-Montrouge, Barrière d’enfer de Paris, 1857.

 

Cite this article / Citer cet article : Mohamed-Ali Berhouma, «La seconde main et la matière V : de l’atelier à la bibliothèque» – La Traversée des ateliers, in Les Carnets des imaginaires de l’atelier, 18 Février 2017 [2014], https://atelier.hypotheses.org/157

La seconde main et la matière III : l’œil de la science et la main de l’artisan

La description de l’atelier et de ce qui s’y joue ne fut pas seulement l’apanage des historiens, des amateurs et des hommes de lettres. Les arts suscitèrent aussi l’intérêt des hommes de science. Sous l’impulsion de Colbert à la fin du XVIIe siècle, l’académie des sciences se chargea de la monumentale mission de décrire les arts et métiers. Dans l’Histoire de l’académie de 1699, on lit :

L’académie (…) a embrassé volontiers un travail sec, épineux, & nullement brillant, tel que celui de la Description des Arts dans l’état où ils sont aujourd’hui en France. Cette description entrera dans les derniers détails, quoiqu’il soit souvent très difficile, ou de les apprendre des Artisans, ou de les expliquer, & elle représentera, soit par discours, soit par figures toutes les matières qu’on employe, tous les instrumens, & toutes les opérations des Ouvriers. Par là, une infinité de pratiques, pleines d’esprit & d’invention, mais généralement inconnuës, seront tirées de leurs ténèbres. On assure à la postérité les Arts tels du moins qu’ils sont présentement parmi nous, elle les retrouvera toûjours dans ce Recueil, malgré les révolutions, & si nous en avons perdu quelques uns d’importants qui fussent chez les Anciens, c’est que l’on ne s’est pas servi d’un semblable moyen pour nous les transmettre. [1]

Tel est le projet de l’Académie qui, des années durant, travaillera à décrire les métiers de l’art. Tout au long des XVIIIe et XIXe siècles, nous verrons ainsi 27 volumes paraître. Du boulanger au tanneur, en passant par l’imprimeur, le forgeron ou le mouleur.
L’académicien visite les échoppes et décrit les procédés. Nous voici devant l’enclume du serrurier :

Détail de la planche I de L’Art du serrurier, 1767.

Quand les compagnons sont accoutumés à manier le marteau & à bien frapper de mesure, le maitre en a moins de peine, & l’ouvrage s’expédie plus promptement; mais le travail des compagnons s’apprend assez aisément. Il n ‘en est pas de même du maitre : il doit frapper du marteau qu’il tient dans sa main à l’endroit où il veut que les autres donnent leur coup; &.par la force des coups qu’il donne, il leur indique s’il faut frapper plus on moins fort; il indique aussi aux compagnons qu’il faut discontinuer de frapper, en laissant tomber son marteau sur l’enclume à côté du fer qu’il forge; & on recommence quand il fait porter son marteau sur le fer.[2]

Le marteau du maître donne la mesure et les compagnons suivent. Au lieu des mots que l’oreille n’entend plus au milieu des crissements du métal, les serruriers dialogue entre eux autour de l’enclume par l’intensité de la frappe.
L’opération est claire. La description de l’académicien ne s’appesantit d’aucun détail qui pourrait nuire à l’efficacité de l’information. Il n’a pas de temps à perdre avec quelque futilité folklorique du métier. Sur les planches qui illustrent les volumes, l’atelier est balisé, légendé ; les outils ordonnés ne semblent jamais avoir servi. En lisant les textes, on s’apercevra que seuls certains termes techniques sont rappelés. Pourquoi s’encombrerait-on de la parole de l’artisan, des remarques qu’il aurait pu faire pendant qu’il reposait son outil ? Tout est synthétisé, résumé, épuré dans la langue de la science.
Parallèlement à ces descriptions, une ergonomie avant la lettre commence à déployer ses études. Le geste, comme le discours qui le décrit, doit se faire efficace, il doit être utile et dépourvu de superflu. Tel est le rôle de la science qui ainsi, servira l’industrie comme le suggère Chaptal qui finalement écrit : « la science porte la lumière dans chaque opération, explique tous les résultats, et fait que l’artiste maîtrise ses procédés, les varie, les simplifie, les perfectionne, prévoit et calcule tous les effets. »[3]. Cela rappelle les intentions politiques qui motivèrent les intérêts de l’Académie, de la science pour les arts mécaniques : le progrès de l’industrie et l’essor économique veulent optimiser les procédés et le temps de la production.  Le discours synthétique, purifié de l’académicien en est un reflet évident. Le moyen par lequel la science assujettit les arts est la technique. Le mot français lui-même ne fut-il pas une « invention du XVIIIe siècle » comme le soulignera l’historien des techniques André Guillerme ? Ce dernier commente ainsi cette naissance : « La technique agit en quelque sorte comme un filtre décanteur qui sépare le rationnel de l’irrationnel, le mécanique du biologique, le chimique de l’alchimique, le matériel du spirituel. »[4]. On comprendra donc que l’image de la matière dans la main de l’artisan s’énonce autrement pour l’œil de l’homme de science. Cependant, les mots qui viennent s’emparer des phénomènes dynamiques du faire restent un champ à interroger comme nous le verrons bientôt.
Avec la Description des arts et métiers de l’académie des sciences, une littérature scientifique est initiée. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert proposera elle aussi ce travail[5]. Le projet semble cette fois plus axé sur l’humanisme des savoirs :

Les Artisans se sont crus méprisables, parce qu’on les a méprisés ; apprenons-leur à mieux penser d’eux-mêmes : c’est le seul moyen d’en obtenir des productions plus parfaites. Qu’il sorte du sein des Académies quelqu’homme qui descende dans les ateliers, qui y recueille les phénomène des Arts, et qui nous les expose dans un ouvrage qui détermine les Artistes à lire, les Philosophes à penser utilement, et les grands à faire enfin un usage utile de leur autorité et de leurs récompenses.[6]

Malgré la noblesse du projet, la mise en ordre des savoir-faire rejoint l’attitude scientifique par laquelle procédaient les descriptions de l’académie. Recueillir le phénomène des arts pour la science est aussi les tamiser et les faire plus clairs, plus universels. La langue des arts est la première visée. Dans le même article, Diderot écrit :

J’ai trouvé la langue des Arts très – imparfaite par deux causes; la disette des mots propres, & l’abondance des synonymes. Il y a des outils qui ont plusieurs noms différens; d’autres n’ont au contraire que le nom générique, engin, machine, sans aucune addition qui les spécifie: quelquefois la moindre petite différence suffit aux Artistes pour abandonner le nom générique & inventer des noms particuliers; d’autres fois, un outil singulier par sa forme & son usage, ou n’a point de nom, ou porte le nom d’un autre outil avec lequel il n’a rien de commun. Il seroit à souhaiter qu’on eût plus d’égard à l’analogie des formes & des usages. Les Géometres n’ont pas autant de noms qu’ils ont de figures: mais dans la langue des Arts, un marteau, une tenaille, une auge, une pelle, &c. ont presque autant de dénominations qu’il y a d’Arts. La langue change en grande partie d’une manufacture à une autre. Cependant je suis convaincu que les manoeuvres les plus singulieres, & les machines les plus composées, s’expliqueroient avec un assez petit nombre de termes familiers & connus, si on prenoit le parti de n’employer des termes d’Art, que quand ils offriroient des idées particulieres.[7]

D’autres travaux suivront. Les Dictionnaires des arts et métiers, les manuels techniques dont les plus intéressants restent les manuels professionnels publiés par Nicolas Roret tout au long du XIXe siècle pour la plupart, toutes ces œuvres travaillent à ordonner les savoirs liés aux arts et aux métiers. Cette littérature, malgré la sécheresse de quelques-unes de ses plumes, est donc essentielle pour nous. Elle fait état des lieux et, en ses œuvres, se regroupent, se cumulent les cultures et les terminologies techniques qui restent à inspecter et à interroger.

[1] Académie des sciences, Histoire de l’Académie royale des sciences … tirez des registres de cette Académie, Année de 1699, Imprimerie de Du Pont (Paris), 1702, p. 117-118.
[2] Henri-Louis Duhamel Du Monceau, Art du serrurier, M. DCC. LXVII, coll.« Descriptions des arts et métiers », 1767, 27-28.
[3] Jean-Antoine Chaptal, Chimie appliquée aux arts, par M. J.-A. Chaptal,…, Paris, Déterville, 1807, p. X.
[4] André Guillerme, « Gestes de métiers. Présentation de techniques et de métiers du XVIIe au XIXe siècle. », conférence prononcée le 30 Mars 2010, in Patricia Ribault (dir.), Geste comme langage, Institut de recherche et d’innovation, Centre Pompidou, 2010. [En ligne], URL : http://www.iri. centrepompidou.fr/ evenement/geste-comme-langage/
[5] Denis Diderot et D’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. Mis en ordre et publié par M. Diderot, et, quant à la partie mathématique, par M. d’Alembert, Paris, Briasson, 1751-1780, vol. 35.
[6] Article « Art », in Denis Diderot et D’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers: articles choisis. Paris, France, Flammarion, coll.« G.F. », 1986, p. 254-255.
[7] D. Diderot et D’Alembert, Encyclopédie …, Paris, Briasson, 1751, p. 716.

Cite this article / Citer cet article : Mohamed-Ali Berhouma, «La seconde main et la matière III : l’œil de la science et la main de l’artisan» – La Traversée des ateliers, in Les Carnets des imaginaires de l’atelier, 14 Janvier 2017 [2014], https://atelier.hypotheses.org/136.