La seconde main et la matière V : de l’atelier à la bibliothèque

Par-delà la spécificité des voies que l’on vient de signaler (La seconde main et la matière I-IV), il serait finalement intéressant d’élargir le champ exploratoire en annexant à la littérature artistique – qui reste le cœur de l’enquête -, la littérature ressortissant aux autres domaines du savoir. Dans ce nouvel horizon de la recherche, ce n’est plus seulement l’homme de l’art que nous interrogerions mais aussi bien l’homme de science que l’homme de lettre. Pour espérer retrouver et regrouper les images matérielles, il s’agira d’abord pour le chercheur d’établir une documentation conséquente qu’il faudra scrupuleusement examiner. Ainsi, pour chaque matériau ou pour une pratique donnée, une bibliothèque est à constituer. Pour nous faire une idée de l’ampleur de la tâche, considérons les travaux bibliographiques de l’historienne de l’art Elisabeth Lebon consacrée à la fonderie de bronze entre le XVIe et le XXe siècle. Cent trente-cinq ouvrages sont recensés et la liste n’est point exhaustive selon l’auteur[1]. Nous pouvons ainsi suivre les voies du bronze et de son travail à travers ce qu’en écrivit le maître artisan en la matière Biringuccio dans son De la Pirotechnia Libri X en 1540 ou ce qu’en énonça l’érudit Georg Pawer (dit Agricola) dans son De re metallica en 1556. Lire Diderot, Falconet[2], Rondelet[3] ou consulter des ouvrages militaires[4] ou scientifiques[5] ou bien encore technologiques[6]. L’exploration seraient ainsi considérable et ses résultats, sans doute, féconds.

[1] L’auteure écrit : « (…) même si [la bibliographie] n’est pas exhaustive, [elle] présente l’avantage de refléter l’évolution des publications techniques et scientifiques concernant la fonderie de bronze du xvie au début du xxe siècle. ». (Élisabeth Lebon, « Bibliographie », in Le fondeur et le sculpteur, Paris, Ophrys, coll. « Les Essais de l’INHA », 2012.)
[2] Étienne Falconet, « Second entretien d’un statuaire avec un voyageur » (p. 219-256), « Sur les fontes en bronze » (p. 264-294), in Œuvres d’Étienne Falconet, statuaire, tome sixième, Lausanne, Société typographique, 1781.
[3] Rondelet, Beauvallet, Duchesne fils, « Rapport fait à l’Athénée des arts de Paris par MM. Rondelet, Beauvallet et Duchesne fils, sur la fonte en bronze de la Statue de Jeanne d’Arc, modèle en sable, par MM. Rousseau et Hononré Gonon, fondeurs, sous la conduite de M. Gois, Statuaire », in Le Magasin encyclopédique, février 1805, p. 350-368.
[4] Aide-mémoire à l’usage des officiers d’artillerie de France attachés au service de terre, T. II, chez Magimal, Anselin et Pochard, imprimerie de Demonville, 5e édition, 1819.
[5] « Fusion et travail des métaux, fondeur en cuivre et en fer » in J. J. Guilloud, Traité de chimie appliquée aux arts et métiers, première partie, Raynal libraire-éditeur, Paris, 1830, p. 520-552.
[6] M. de Chesnel, Dictionnaire de technologie – Etymologie et définition des termes employés dans les arts et métiers, publié par l’abbé Migne, éditeur de la Bibliothèque universelle du Clergé, J.-P. Migne éditeur, rue d’Amboise au Petit-Montrouge, Barrière d’enfer de Paris, 1857.

 

Cite this article / Citer cet article : Mohamed-Ali Berhouma, «La seconde main et la matière V : de l’atelier à la bibliothèque» – La Traversée des ateliers, in Les Carnets des imaginaires de l’atelier, 18 Février 2017 [2014], https://atelier.hypotheses.org/157


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *