Crédits photo : Fakhri El Ghezal. 2008.

S’écorcher l’œil et voir ou les archives d’une poétique du réel – Sur quelques séquences photographiques et photogrammatiques de Fakhri El Ghezal

Ce texte fut écrit en marge de l’exposition de Fakhri El Ghezal pour sa série « El-Maamel » lors de la session 2018 de la manifestation culturelle et d’art contemporain « Jaou Tunis » (27 Juin – 1 Juillet 2018).

Année 2008. À quelques lieux de l’école des beaux-arts de Tunis[1] où ils ont étudié, trois jeunes sculpteurs, fraîchement diplômés, tentent l’aventure pratique de la sculpture en ouvrant un atelier ayant pignon sur rue, œuvrant à donner à leur rêve de praticiens la forme d’une concrétude, se confrontant à la rue, au réel d’une vie où il s’agissait de faire son pain en modelant les argiles, les pierres, les métaux… En ouvrant un atelier de sculpture comme on ouvre boutique, c’est le rêve médiéval de la bottegha qu’on invoque : un lieu de médiation commerciale au même temps qu’un lieu de création. Une fabrique en somme dont le store levé devient le lieu d’une implacable violence où se collisionnent, d’une part, un rêve créateur, une passion artiste puisant ses racines dans l’utopie d’une liberté du faire sculptée et, d’autre part, un réel de la subsistance, des contraintes professionnelles de la commande, de l’insensible demande, d’un marché qui ne pardonne aucun écart, aucune errance…

Leurs premiers outils à la main, les trois jeunes sculpteurs s’apprêtaient à vivre la sculpture au-delà de son enceinte artistique et désormais comme une profession.  Et cette fabrique s’appellerait El-Maamel[2] ; elle se situerait – ironie du sort oblige – aux confluents de la rue Ibn Hani, poète, et de la rue Paul Ducroquet, qui fut directeur des Finances en Tunisie… Leur engagement dans ce projet devait aussi les amener à habiter le quartier, à inscrire leur être-étudiant, leur être-artiste dans le tissu social où ils œuvraient et auquel ils finirent par participer car ils furent, comme leur riverain, des êtres du labeur, artisans de leur survie. Ils sont Abdesselem Ayed, Atef Maatalah et Faycel Mejri.

On l’aura compris, l’utopie fut bientôt mise à mal par la réalité d’une condition tunisienne. La loi d’un inhumain Capital a voulu que rien ne subsiste d’El-Maamel. Mais quittons les sentiers des lois ou des systèmes et ce rien devient l’essentiel, le tout : ce reste tient son essentialité de l’expérience d’un vécu, de l’expérience d’une fabrique intérieure où un être-au-monde travaille. Souvent, ces vestiges fondateurs d’une histoire personnelle, nous les oublions car ils appartiennent aux instants du transitoire qui filent le cours des choses, à ces insignifiances qui, totalisées dans leur suite, signifient. C’est du moins là que nous conduisent les séries d’images que nous donne à voir Fakhri El Ghezal. Il fut un compagnon de route des trois ouvriers d’El-Maamel dont il partageait les séquences de vies dans la fabrique ou dans le gîte.

Séquence entre El-Maamel et la cave      El-Maamel. Photogrammes, 2008. © Fakhri El Ghezal

Comme eux, Fakhri El Ghezal est nouvellement diplômé de l’école des beaux-arts de Tunis mais a choisi, de son côté, de traverser l’atelier de gravure où l’on s’initie à impressionner des plaques de la plus infime brèche, à inscrire les temps d’un faire dans l’instant de naissance d’une estampe… Sans doute, est-ce aussi que la gravure est un art de la mémoire qui a fait de l’œil de l’artiste un œil qui voit et qui se souvient. Mais c’est l’expérience brutale d’un réel que cet œil tentait désormais d’empreindre. El-Maamel fut aussi le lieu de cette expérience.

Avec un œil qui voit, un appareil argentique, un autre numérique, une vieille caméra au boîtier boiteux, Fakhri El Ghezal alterne images fixes et images mouvantes et déploie autant de modes de capture d’une lumière que de désirs d’absorber un réel. Avide, l’œil de l’artiste tente plusieurs voies d’entrée, fait parler plusieurs voix, le détail et l’ensemble, la grisaille et la couleur, l’humain, ses lieux et ses artefacts. Diversifier les caméras, adjoindre une prothèse à l’œil, la camera première, le dispositif dit le désir de sauver une totalité de l’expérience d’un vécu voué à n’être que vécu, d’une sensation vouée à n’impressionner que le corps qui la subit, à s’y diffuser et s’y fondre, à sauver enfin l’évanouissement même des choses.

Crédits photo : Fakhri El Ghezal. 2008. Crédits photo : Fakhri El Ghezal. 2008.  Crédits photo : Fakhri El Ghezal. 2008.

Photographies de la série Sidi(s), 2009-2010. © Fakhri El Ghezal

Contrairement à la série Sidi(s), produite en ces mêmes lieux et temps et où travaille une tendance à toucher aux attentes esthétiques établies de la photographie par l’attention à la composition, aux contrastes, aux cadrages, la série d’El-Maamel lâche prise et les dispositifs d’enregistrement se laissent aller à simplement voir les choses et à faire trace de la lumière qui vient sans tenter de la conditionner, se résignant plutôt à sa condition de réalité. Le flou d’un vacillement qu’amènent la pâle lumière d’un néon et la paresse d’un obturateur comme un œil fatigué et ivre de l’insoutenable lumière du quotidien, les rayures d’un égarement et d’une déchéance de la pellicule qui impressionnent la mémoire du corps argentique, un cadrage partant en vrille et oubliant la loi des repères comme un corps assommé qui chancelle, une pellicule voilée superposant deux histoires : celle d’une caméra de fortune dont la béance du boîtier laisse scintiller la chimie d’un film, celle d’un sujet qui se perd… Toutes ces altérations photographiques qui n’ont pas « officiellement le droit à l’existence » écrivait Jean-Yves Jouannais du ratage en photographie, semblent répondre en échos à la condition de ces jeunes sculpteurs qui peinent à exister.

De l’acte naturel d’ouvrir ses paupières, cette levée du voile devient le courage d’affronter, au risque de la folie, la brutalité du réel, sa trivialité. Photographier ici relève de cette paupière qui s’ouvre héroïquement au monde et qui laisse l’œil en être envahi sans tenter de le transfigurer, de le façonner à sa convenance. Ici, les choses ne conviennent pas, elles viennent, comme une claque au visage, les images comme une claque sur le corps sensible de la pellicule. Dans la lignée d’une esthétique de la malfaçon, de la fotopovera, ces visions disent un acte de prise, une plastique et un sujet humain qui se répondent comme des miroirs se faisant face, comme des échos d’eux-mêmes. Il y a ainsi, dans ces lambeaux biographiques, une part autobiographique, le partage d’un intime.

Crédits photo : Fakhri El Ghezal. 2008.El-Maamel. Photographie, 2008. © Fakhri El Ghezal

La série photographique et photogrammatique d’El-Maamel documente ainsi des parcelles de vies sans en interrompre l’écoulement. Comme un œil qui voit, l’artiste photographiait sans suspendre le cours des choses, en un acte qui en fait partie, qui en suit le mouvement, les fluences. Les images de Fakhri El Ghezal livrent, dans les mots d’une ethnographie, les travaux et les jours de jeunes sculpteurs. Les images se font documents, empruntant l’objectivité d’une prise de vues ou de vies des réalités d’une existence. Mais si cet œil qui voit fut ethnographe, il ne le fut que pour suivre un seul sujet : la poésie d’une réalité brute.

Crédits photo : Fakhri El Ghezal. 2008. Crédits photo : Fakhri El Ghezal. 2008.
El-Maamel. Photographies, 2008. © Fakhri El Ghezal

Poésie, dans la déchéance des choses gisantes au sol, la trivialité d’un couloir vide, dans l’image qui ne laisse d’autre choix que d’en énoncer le sujet de « chiotte », de bouteilles d’alcool vidées de leurs essences et trônant en trophées de cuisantes victoires. Poétiques reliques pour un recueillement, installées religieusement dans une étagère devenant autel ; reliques photographiques d’un être aimé d’ornements griffonnés, de cultes d’êtres sacrés de maternité ou de paternité… Poésie d’un instant de relâche, d’une attente, d’un pisseur érigé en vainqueur. C’est, pour ainsi dire, l’œil écorché que Fakhri El Ghezal vit photographiquement l’expérience de la vie d’El-Maamel, partageant ainsi la vie de ces écorchés à vifs, par la réalité et la trivialité d’un quotidien, de ces êtres de la perdition qui malgré tout subsistent par leurs rêves.

[1] L’Institut Supérieur des Beaux-arts de Tunis.
[2] Mot arabe signifiant l’ « usine », la « fabrique ».

 

 

Cite this article / Citer cet article : Mohamed-Ali Berhouma, «S’écorcher l’œil et voir ou les archives d’une poétique du réel. Sur quelques séquences photographiques et photogrammatiques de Fakhri El Ghezal» – In Situ, in Les Carnets des imaginaires de l’atelier, 10 Juin 2018, https://atelier.hypotheses.org/292


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.